LE QUIZ DU GENRE [Minnie Bruce Pratt]

Il s’agit là de la première traduction en français d’un texte de Minni Bruce Pratt, autrice & militante lesbienne étasunienne reconnue pour sa poésie politique et ses essais théoriques.

Ici, elle aborde les questions de genre via son enfance dans une petite ville du sud étasunien où l’homosexualité et les déviances de genre se cachaient un peu partout… Elle revient ensuite sur son parcours d’adulte à l’époque des grandes vagues de changements sociaux aux États-Unis : mouvement des droits civiques, mouvement de libération noire, mouvement de libération des femmes, mouvement de libération gay & lesbien, et mouvement de libération trans. Dans ce texte, elle offre des perspectives d’analyse du sexisme et du racisme quotidiens, des luttes féministes et LGBT, des dynamiques butch/fem, de la bienséance officielle et des réalités officieuses, et plus généralement des problématiques lesbiennes et trans…

img_couv_mbp

Nous avons parlé de ce quiz hétérosexuel obligatoire au lycée, auquel il n’y avait que deux réponses possibles, qui n’offraient que deux chemins à emprunter : straight ou homo, hétéro ou queer. Choisir l’un nous permettrait de nous extirper du labyrinthe qui mène à l’âge adulte, choisir l’autre nous mènerait directement en enfer. Mais il semblait que notre score final officiel n’avait finalement pas grand-chose à voir avec nos vies secrètes, avec quelles mains se posaient sur quels culs, avec les rêves que nous avions enterré, au point mort, dans nos cœurs.

Malgré la répression et les sanctions, nous continuons à vivre, chaque jour, avec toutes nos différences contradictoires. Je suis toujours là, indéniablement « féminine » dans mon apparence, et terriblement « femme » dans mon vécu personnel ―et indécemment « masculine » dans mes préoccupations politiques et dans ma persévérance à écrire de la poésie qui s’étend au-delà de la sphère du foyer à laquelle sont habituellement cantonnées les femmes.

Je me considère formellement comme lesbienne, mais pas d’une façon reconnaissable par le monde hétérosexuel. À moins que je n’annonce être lesbienne, on suppose généralement que je suis hétéro. Mais dans le milieu lesbien dans lequel j’évolue, je suis parfois suspectée d’être trop féminine pour être lesbienne. Et que ce soit dans le milieu lesbien ou en dehors, il y a une autre hypothèse que certain·e·s défendent : Aucune « vraie » lesbienne ne pourrait être attirée par autant de masculinité ―car la masculinité de ma partenaire lesbienne joue un grand rôle dans mon attirance.

Comment puis-je réconcilier les contradictions de sexe et de genre qui existent dans mon corps, dans mon vécu et dans ma vision politique du monde ? Nous nous voyons toutes et tous offrir la chance, à un moment ou à un autre, de nous échapper de ce casse-tête. On nous offre la bonne réponse Vrai ou Faux. On nous donne le questionnaire à remplir. Mais les cases que l’on coche, M ou F, les catégories homme et femme, ne contiennent rien de la complexité que représentent le sexe et le genre pour chacune et chacun d’entre nous.

***

Brochure disponible en téléchargement gratuit ici,

ou en version papier lors des évènements où nous sommes présentes
ou parfois auprès de nos librairies partenaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s